Cinéma > Culture > L’exposition “Star Wars Identities”

darth-vaderCeux qui suivent mon moi photographique savent déjà que je suis allé à la rencontre de personnages qui ont fait briller les yeux de générations d’amateurs de science-fiction jusqu’à dépasser leur statut de monument geek pour devenir un inévitable jalon culturel. Sur mon fil flickr, vous aurez ainsi pu voir passer un pod, un stormtrooper, ou une photo du costume original de David Prowse lorsqu’il interprétait Darth Vador.

Pour le voir, il ne m’a pas fallu aller bien loin ; il m’a suffit de suivre la Seine. Un des studios de la cité du cinéma, belle réalisation de Luc Besson dans une centrale électrique des années trente, accueille l’exposition “Star Wars Identities” (qui n’aurait pas démérité à s’appeler «Star Wars Identités», soit-dit en passant) où, au milieu des costumes de Stormtroopers ou de Jedi variés, on croise des maquettes, anecdotes de production sur les six films, dessins et quelques personnages dont les petits, mais costauds, Yoda et R2D2.

Ce dimanche ensoleillé, Ti-cul m’avait lâché pour aller taquiner le gardon, mais il ne se serait pas senti seul tellement l’entrée de l’exposition grouillait de mini-nous dont certains costumés avec plus ou moins de bonheur en Obi-Wan ou Leia. On trouvait même quelques adultes qui croyaient pouvoir avoir une place au dernier moment, les naïfs. Passée la distribution d’un bracelet et d’un audioguide, nous nous mettons sur les starting blocks : un départ toutes les quatre minutes pour découvrir notre identité selon Star Wars.

16032014-IMG_0568-Modifier-Modifier-2L’exposition s’articule sur le thème de l’identité, d’où son titre, j’espère que vous aviez suivi. La première salle est, par exemple, consacrée à l’identité génétique. Un petit film bien fichu nous explique les gènes pour les nuls. Nous sommes ainsi invités à nous intéresser aux races extraterrestres et, par extension, à apprendre comment a été créé Jar-Jar Binks, à admirer de magnifiques statuettes d’aliens variés et même un masque rescapé de la scène du bar de Mos Eisley ou Luke Skywalker et Obi-Wan Kenobi font la connaissance de Han Solo et Chewbacca.
On parlera bien sûr du clonage des Stromtroopers et par extension, de la création de droïdes avec les inénarrables C3P0 et R2D2 ainsi que certains de leurs congénères plus inquiétants ou amusants.
On sort de la salle en choisissant, avec notre bracelet, à quelle race on souhaite appartenir et on passe ainsi de salle en salle, forgeant notre identité selon notre environnement, notre éducation, nos habiletés, nos rencontres, nos mentors etc… Enfin, on finit par le choix de rejoindre, ou non, le côté obscur de la force (enfin, moi j’ai pas eu le choix, le côté clair était en panne, comme quoi on ne peut se fier qu’à la vilenie).

16032014-IMG_0553-Modifier-2Chaque tableau fait ainsi l’objet d’un film expliquant un aspect de l’identité et l’illustrant avec des images des deux trilogies. Puis, une session plus ou moins interactive permet de choisir les caractéristiques d’un personnage que l’on crée ainsi au fur et à mesure avant de le voir s’animer sur le mur final.

À vrai dire, les visiteurs se concentrant sur ces pôles, j’en ai raté quelques uns parce que moi, vous savez, je n’aime pas les gens et en l’absence de Ti-cul, je n’ai pas fait d’effort. Par contre, j’aime Star Wars et le cinéma et là, j’ai trouvé mon compte.
Malgré la relative étroitesse de l’exposition, les costumes et accessoires sont bien présentés quoique compliqués à photographier à cause des vitrines ou des éclairages. Quelques zones interactives racontent des anecdotes sur la mise en place du film ou la création de personnages, de Vador à Jabba le Hutt.

16032014-IMG_0617On se laisse prendre par l’émotion de constater le vieillissement des costumes de Leia, comme les témoins d’une autre époque, à avoir un moment de méfiance face à l’immense Chewbacca à qui je n’irai pas tirer les poils et à comprendre le scepticisme de Luke face au petit Yoda tout courbé.

L’ensemble est émaillé de croquis de concepts et de préparation qui nous éclairent sur la genèse des films, mais aussi sur le soin qui leur a été apporté. Ce soin que l’on trouve dans l’extraordinaire niveau de détail des maquettes de vaisseaux, ce soin sans lequel, le premier film serait devenu un nanar intergalactique et le monde après lui aurait sans doute été fort différent.

Une exposition ne serait évidemment pas complète sans une boutique où réaliser la quête ultime, et non des moindres, consistant à trouver un objet abordable pour notre descendance.

Il en reste un souvenir de deux belles heures dans les coulisses de six films emblématiques et cette impression que le gâteau était un peu petit.

Ben oui. Je suis gourmand.

En savoir plus

Star Wars Identités
À la cité du Cinéma – Saint Denis, jusqu’au 30 juin 2014
Renseignements et billetterie sur http://www.starwarsidentites.com

2 réflexions au sujet de « L’exposition “Star Wars Identities” »

  1. L’expo a vraiment l’air super, je vais y faire un tour mais… sans ma créature céleste, à 20 mois, j’ai bien peur qu’elle nous complique un peu les choses. Nous avons fait la maison de Monet samedi dernier a Giverny et c’etait une dure affaire 🙂 Bee.

    1. Horreur, j’ai oublié de répondre ! Désolé.
      Tu fais effectivement bien de laisser ta miniature au vestiaire. En poussette, ça doit être une magnifique galère – c’est pas toujours très large – et en porte bébé, une magnifique suée (j’ai eu un peu de mal à supporter mon blouson de moto).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge