Photo > Séries > [Photos] Feu d’artifice à Bordeaux (et conseils)

Ce 3 juin, se terminait l’édition 2017 de “Bordeaux fête le fleuve“. Après le départ des bateaux de la solitaire du Figaro, la journée se terminait par un feu d’artifice, tiré depuis le milieu du fleuve (la Garonne, pour ceux qui ont peu de souvenirs de leurs leçons de géographie avec carte de France en plastique et qui ne connaissent pas son coin inférieur gauche où il fait si bon vivre).

Arrivé trois minutes avant le début des hostilités, il a été assez compliqué de trouver une place sur le pont de pierre, mais venir avec un enfant facilite l’insertion entre deux personnes (il y avait une petite place). Venir avec un enfant plus petit que le pied de l’appareil photo (ou qui décide de s’installer par terre) permet aussi de se mettre derrière. Si les conditions n’étaient pas idéales, la vue était très sympa avec la place de la Bourse juste sur le côté.

Voici mes clichés de ce très joli feu d’artifice, court, mais beau et très bien réalisé. Tant que j’y suis, pour les gens qui s’y intéressent, j’ajoute plus bas quelques conseils minimaux pour réussir ce genre de clichés.

 

Feu d'artifice - Bordeaux Fête le Fleuve 2017

Feu d'artifice - Bordeaux Fête le Fleuve 2017
Image 1 parmi 24

Comment prendre des clichés de feu d’artifice ?

Les pré-requis

  • Si vous en avez la possibilité et que vous savez d’où le feu d’artifice sera tiré, partez en repérage pour trouver le bon spot. Pensez à l’environnement : avoir de l’eau permet de tirer parti des reflets. Pour ce feu, je n’avais pas fait de repérage précis, mais je connaissais bien les lieux et déjà éliminé quelques spots repérés à d’autres occasions. Je voulais avoir la place de la Bourse et les quais en arrière plan, mais je n’avais pas prévu le coucher de soleil qui était parfait. Et puis, arrivé tard, j’ai foncé là où il restait une place.
  • Arrivez en avance pour vous installer de façon à n’avoir personne devant vous. Pas comme moi, quoi.
  • Anticipez la météo : le soir, il fait frais, surtout au bord de l’eau. Et si vous arrivez très en avance… je ne vous fait pas un dessin ?

Le matériel

Il ne faut pas forcement beaucoup de matériel, ni un appareil haut de gamme ou sophistiqué. Il n’est d’ailleurs pas exclu que vous puissiez faire de belles photos avec votre smartphone. Néanmoins, pour une bonne qualité d’images, prévoyez :

  • Un trépied. En effet, pour obtenir ce type de photos, il faut une longue exposition (on parle de pose longue), et qui dit longue exposition dit flou. Donc, il vous faut un trépied. Même avec un smartphone.

 

  • Une télécommande. Avec ou sans fil, c’est comme vous voulez, mais avec, c’est mieux (en général, celles sans fil vous obligent à être devant l’appareil, ce qui est moins pratique). Pourquoi ? Tout simplement pour éviter d’avoir à toucher l’appareil pour prendre votre photo : Comme c’est une pose longue, si vous faites bouger l’appareil, ça va être flou. Logique.

 

  • Un appareil photo. Ben oui. Mais celui-ci doit comporter :
    • Un mode manuel. On peut sans doute faire sans, mais pour ce genre de photo, il faut plus de compétences techniques pour adapter un mode semi-automatique que pour tout régler soi-même.
    • La possibilité de verrouiller la mise au point. Votre appareil ne doit pas devoir tenter de faire une mise au point à chaque cliché. Ne serai-ce que parce que les conditions nocturnes rendent l’exercice plus difficile. Et plus lent. Ce serait dommage que la photo se prenne une fois la fusée éteinte.
    • Un mode BULB (voir plus bas pour savoir à quoi ça sert)

Quels réglages ?

 

  • Mise au point : Faites la mise au point sur l’infini (ou sur la Place de la Bourse si vous en avez une à disposition) et bloquez là (désactivez l’auto-focus).

 

  • Ouverture : Fermez le diaphragme. Cela vous permettra d’avoir un meilleur piqué (sensation de netteté), un effet étoilé sympathique si vous avez d’autres sources lumineuses dans votre cadre, et d’éviter certaines aberrations chromatiques (des mauves très moches dans certaines lumières). Dans cette série, j’ai fermé à f/13, ce que je considère comme très fermé pour cet usage, mais c’est personnel et dépend aussi de l’appareil. Notez que plus vous fermez, plus vous devrez faire des poses longues pour le même résultat. (au fait, f/13 est plus fermé que f/9 : c’est contre-intuitif, mais c’est comme ça)

 

  • Sensibilité : à régler au minimum. En général, je descend à 100 ISO (le minimum de mon appareil, mais certains appareils peuvent descendre plus bas). Ce soir là, je suis monté à 200 ISO parce que je voulais tester des trucs (et ça m’a permis d’avoir le ciel encore clair). Plus la sensibilité est basse, plus la pose doit être longue pour le même résultat.

 

  • Durée d’exposition : Une fusée d’artifice explose et descend en environ 2 à 3 secondes. Tous les réglages précédents doivent vous permettre de faire une photo qui dure à peu près ce temps là. Mais parfois, une fusée est moins lumineuse et plus lente. Vous devrez donc vous adapter alors que vous aurez déjà appuyé sur le déclencheur…
    Votre meilleur ami est donc le mode BULB. Késako ? C’est le mode qui vous permet d’appuyer sur le bouton pour commencer à prendre la photo et de le relâcher pour arrêter de la prendre. C’est là que la télécommande prend tout son sens. Si la fusée est super lumineuse, faîtes une pose plus courte pour éviter de perdre les couleurs. Si elle est lente ou peu lumineuse (les fusées dorées), attendez un peu plus longtemps capter l’ensemble du mouvement.

 

Je vous souhaite de bonnes photos. L’été arrive ; vous allez avoir de quoi vous entrainer.

 

Une réflexion au sujet de « [Photos] Feu d’artifice à Bordeaux (et conseils) »

  1. Cool! Merci pour les conseils 😉 je vais tester dès que possible ! Bravo pour tes photos magnifiques ! De notre côté nous sommes arrivés quand le feu était terminé ? du coup ravie de voir le feu en différé 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge