Coup de coeur > Petit caillou > La vie poilue d’Aïko Katon

regle26_500J’ai promis.

Il faut que je vous (re) parle d’Aïko Katon, l’auto-déclarée illustratrice en carton. Oui, j’en ai déjà parlé ici et elle parle de moi par là parce qu’il paraît que j’ai un blog of the dead. Rien que ça.

C’est une fille. Elle est chiante et elle a des chats.

Mais moi j’aime bien les filles à chat chiantes. J’en connais même une autre et celle-là, elle va faire la tête en lisant cette phrase parce que je n’ai pas trop le droit d’aimer d’autres attachiantes à chat. Elle va vouloir que je dorme sur le canapé, mais je ne vais pas être d’accord et ça va finir en bataille de chatouilles que je vais gagner parce que je ne les crains pas et elle beaucoup. C’est fatiguant, les filles à chat chiantes, mais c’est rigolo.

Bon, sinon, elle dessine, aussi. (Aïko Katon, pas Mademoiselle Elle, l’attachiante). Même qu’elle fait ça super bien même si elle m’a fait la coiffure de Kim Yong Il (j’ai bien écrit “i” et “l” et non un 2 en chiffres romains: je ne parle donc pas du fils illégitime d’Elisabeth II) . Elle a des chats qui répondent quand ça leur chante aux prénoms de Toulouse et Berlioz, monopolisent son téléphone, son lit, son casque audio, sa vie, et en plus elle les dessine à tout bout de champ. Elle fait semblant de s’en plaindre en publiant des photos sur Instagram, mais en fait, elle les trouve trop mignons, ses petits dictateurs poilus. C’est peut être pour ça qu’elle m’a fait une tête de dictateur Nord Coréen poilu. En fait, elle m’aime. Elle va avoir des ennuis avec Mlle Elle.

camille_chez_le_boucher_2_500_3Aïko, elle s’appelle Camille, en vrai. C’est joli, comme prénom ; mon fils a failli s’appeler comme ça. En vrai, je ne la connais pas, mais les réseaux sociaux ont toujours un truc magique pour faire se rencontrer les gens qui ne se seraient pas rencontrés autrement. En vrai, elle aime tellement les enfants qu’elle travaille avec et qu’elle les croque avec humour et amour. En vrai, elle a aussi des voisins bizarres, est tellement geek qu’elle ne pense même pas à se déclarer comme tel, et n’ose plus commander de saucisse sans piquer un fard.

En vrai, c’est une petite fille qui a des dessins plein les rêves et même du talent pour aller avec. Alors si vous cherchez des illustrations pleines de gaîté, pensez à aller voir sur son blog, parce que je suis trop feignant occupé pour commencer à écrire un livre à lui faire égayer.

Crédit : Toutes les illustrations sont © Camille Prieto

4 réflexions au sujet de « La vie poilue d’Aïko Katon »

  1. Comme je disais à qui voulait l’entendre, j’ai beaucoup ri (surtout pour ta coupe de cheveux et la corée-lation -HOHOHO- avec mes dictateurs à moustache), ça parle de moi en drôle et aussi je suis très très très touchée, surtout par le petit bout à la fin, là.
    Merci !

    1. Quand je promet un billet, j’écris un vrai billet.
      Et puis j’aime bien mettre des pépites de gentillesses dans un crème de bons mots. Du cirage, quoi.

  2. Bonjour, je suis un admirateur secret.

    Je tenais juste à dire que c’est vachement admirable quand quelqu’un soutient celle que j’admire en secret. Ca me permet de manifester mon admiration secrète ailleurs que sur son blog. Moi j’aime quand les gens me donnent l’opportunité de l’admirer, en secret, ailleurs.

    C’est vraiment chouette.

    En passant, l’article est cool. Tu cours le risque que je devienne aussi ton admirateur secret bizarre.

    AIKO JE TE VOIS !!!!!

    1. J’admire le secret dont tu entoure secrètement ton admirable admiration. Ne te prive pas de m’admirer en secret, malgré le risque que mes chevilles gonflent publiquement. Pour l’instant, elles gonflent secrètement. C’est admirable, note bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge